Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog Prolog

Il est temps de partir | se recueillir | découvrir | emprunter de nouvelles voies | œuvrer pour la paix

Au Moyen Âge, les pèlerins de Saint-Jacques se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle s’orientaient, entre autres, en suivant les fines traces étoilées laissées par la Voie lactée dans le firmament nocturne. D’innombrables pèlerins ont également laissé leurs empreintes dans les anciens paysages culturels du Palatinat, de Sarre, de Lorraine et d’Alsace. Bien que ces sentiers soient « enfouis », les vestiges de l’art architectural médiéval viennent nous rappeler la spiritualité particulière des pèlerins partis à la rencontre d’une grande destination. Un réseau de sentiers redécouverts émaille aujourd’hui cette Grande Région. Cet enchevêtrement de sentiers où se croisent perpétuellement la culture allemande et française au cœur de l’Europe (espace du projet) a été baptisé poétiquement « Chemin des étoiles/Sternenweg ».

L’idée de « Chemin des étoiles/ Sternenweg » a été lancée en 2006 par le Regionalverband Saarbrücken. L’objectif consistait à mettre en œuvre un projet européen modèle valorisant de manière poétique et à échelle transfrontalière les sentiers régionaux des pèlerins de Saint-Jacques. Ce projet cherchait également à déterminer dans quelle mesure les petites touches posées sur une route culturelle vieille de plus de 1000 ans pouvaient inciter, dans un contexte grand-régional, à une cohabitation européenne inscrite sous le signe de la tolérance et de l’ouverture sur autrui.

Situés au Moyen Âge déjà à la croisée des grandes routes, la région de Sarrebruck ainsi que le Saarpfalz-Kreis ont constitué le point de démarrage du projet.

Grâce au concours de nombreuses personnes et institutions, des repères ont été posés le long des sentiers régionaux redécouverts des pèlerins médiévaux de Saint-Jacques mettant en avant les particularités des étapes intermédiaires en direction du tombeau de saint Jacques de Compostelle en Espagne.

Les axes routiers de l’espace du projet relient de façon quasi stellaire les anciennes villes épiscopales de Mayence, Worms et Spire, en passant par le carrefour de Sarrebruck et Sarreguemines jusqu’à Metz et longent la Haardt palatine jusqu’en Alsace. Le long des routes alsaciennes des pèlerins de Saint-Jacques, le chemin des étoiles passe par Wissembourg, Strasbourg et s’étend jusqu’à Thann.

Certains repères se composent d’ornements en pierre des champs, rehaussés en partie d’une étoile (repères uniquement visibles dans la zone centrale du projet, c’est-à-dire dans le Saarpfalz-Kreis et la région de Sarrebruck) et d’autres de coquilles Saint-Jacques en pierre indiquant la présence de vestiges de l’art architectural médiéval en bordure et à proximité des sentiers.

Le recensement des vestiges de l’art architectural médiéval longeant les différents sentiers dans l’espace du projet a constitué un point phare de ce dernier. En effet, ces vestiges n‘avaient encore jamais été mis en rapport avec les sentiers enfouis des pèlerins. Ces « témoins » du Moyen Âge ont été successivement agrémentés d’une coquille Saint-Jacques en pierre et complétés d’un panneau d’informations. Faisant office de « parrains », les partenaires régionaux ont également été informés des aspects fondateurs de ce projet modèle et le site internet local mis en lien avec le site internet de chemin des étoiles. La fabrication des coquillages en pierre a été réalisée à Sarrebruck, dans le cadre de mesures de qualification professionnelle offrant à des jeunes une formation dans différents métiers.

La localisation d’environ 300 joyaux d’antan retrace ainsi les pas des pèlerins du Moyen Âge qui cherchaient dans ces paysages aux multiples facettes le chemin à suivre. À notre époque, les repères posés sont autant d’invitations à se mettre en quête de divers indices, parfois même au-delà des sentiers marqués.

À l’instar des préceptes de l’acupuncture, cette stratégie fournit un modèle probant permettant aux régions et communes voisines, par le biais de ces « petites touches », de se définir et réunir autour de points de référence culturels ancrés dans un contexte européen, voire même spirituel. Jusqu’à date, plus de 3000 personnes ont contribué, de façon directe ou indirecte, à ce projet modèle.



Informations actuelles sur le projet, en date de juillet 2017