Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege Mythos Jakobswegee Mythos Jakobswege Mythos Jakobswege

Un itinéraire culturel européen

Les chemins des pèlerins de saint Jacques attirent, depuis plus de mille ans, des voyageurs venus du monde entier parcourir les itinéraires européens vers Saint-Jacques de Compostelle et le tombeau de l’apôtre. Situées à la croisée d’importants axes, les régions actuelles de Sarre-Lor-Lux et d’Alsace comptaient, au Moyen Âge déjà, des points de départ et de regroupement des pèlerins de Saint-Jacques. Aujourd’hui encore, les chemins des pèlerins de Saint-Jacques n’ont rien perdu de leur attractivité. Les expériences spirituelles vécues lors du pèlerinage sur le « chemin des étoiles » et la découverte, au cours du voyage, des paysages culturels les plus divers procurent aux personnes, plus que jamais, de la joie de vivre.

Dès 1987, le Conseil de l’Europe a déclaré les chemins européens des pèlerins de saint Jacques, connus également sous le nom de « chemins des étoiles », premier itinéraire culturel européen, faisant émerger l’idée des régions européennes et incitant à explorer et identifier lesdits chemins. En 1993, l’UNESCO a classé les chemins de saint Jacques patrimoine mondial de l‘humanité, afin de promouvoir les échanges intellectuels, éducatifs, artistiques et culturels entre les régions et les nations.

La totalité du réseau des chemins des pèlerins de saint Jacques, du « chemin des étoiles », forme des ramifications organiques sur environ 100 000 kilomètres, à travers toute l’Europe. ( Chemins des pèlerins de saint Jacques à travers l’Europe, carte officielle du Conseil de l’Europe ).

Santiago de Compostela

Lieu de fascination : Saint-Jacques de Compostelle

Saint-Jacques de Compostelle et le tombeau de l’apôtre saint Jacques sont des lieux de prédilection, pour tous les pèlerins de saint Jacques, depuis le IXème siècle. Cet apôtre, qui aurait été missionnaire sur la péninsule ibérique, fut décapité par Hérode, en l’an 44, avant d’être inhumé en Espagne. Les versions les plus diverses relatent la découverte du tombeau, qu’on pensait disparu. Une version rapporte que, guidé par les étoiles, un ermite aurait trouvé, en 813, le tombeau sur le Campus Stellae (latin, pour champ des étoiles), en Galice. La découverte du tombeau sur la péninsule ibérique, en Galice, ainsi que le mouvement de pèlerinage qui s’en suivit doivent être interprétés à la lumière de la « Reconquista », la vague de reconquête lancée au VIIIème siècle. En effet, les arabes d’Afrique du Nord, les Maures, avaient conquis en une seule bataille, en 711, cette enclave espagnole qui faisait déjà partie du royaume chrétien des Wisigoths. Cette « guerre sainte » assombrit 800 ans durant, jusqu'en 1492, l’Espagne et le pèlerinage vers Saint-Jacques.

Dès 1987, le Conseil de l’Europe a déclaré les chemins européens des pèlerins de saint Jacques, connus également sous le nom de « chemins des étoiles », premier itinéraire culturel européen, faisant émerger l’idée des régions européennes et incitant à explorer et identifier lesdits chemins. En 1993, l’UNESCO a classé les chemins de saint Jacques patrimoine mondial de l‘humanité, afin de promouvoir les échanges intellectuels, éducatifs, artistiques et culturels entre les régions et les nations.

Située dans le nord-ouest de l’Espagne, dans la province de La Corogne, à 35 km de l’Atlantique, Saint-Jacques de Compostelle constitue, avec Rome et Jérusalem, un des trois principaux lieux de pèlerinage du Moyen Âge. Le 25 juillet, on y célèbre la Saint-Jacques. Lorsque cette célébration tombe un dimanche, l’année est considérée « année sainte » ou « Año Santo Jacobeo », comme on l’appelle à Saint-Jacques de Compostelle. Non loin de là, se trouve la dernière étape des pèlerins : la côte atlantique. Des plages de cette dernière, au Cap Finistère, « là où s’arrête la terre », provient le symbole des pèlerins de saint Jacques, la coquille Saint-Jacques.

Caminus Stellarum

« Chemin des étoiles » | « Caminus Stellarum » | « Camino de las estrellas »

L’utilisation de l’étoile, comme la coquille, en guise de symbole principale du culte de saint Jacques est d’origine historique : lorsque les nuits sont claires, on distingue au firmament un bras formant un ruban dans notre galaxie spirale, plus connue sous le nom de voie lactée. Cette dernière s’étend en un arc sur l’Europe, du nord-est au sud-ouest, pointant vers l’Espagne. Au Moyen Âge, on y voyait une indication cosmique conduisant au tombeau de saint Jacques. De nombreux Galiciens emploient encore le terme de « voie lactée » pour qualifier le « chemin » ou « Camino ». Les autres dénominations, telles que « Caminus Stellarum » ou « Camino de las estrellas », sont employées depuis le Moyen Âge pour désigner le chemin de saint Jacques.

Diverses traditions font référence au lien existant entre le chemin de saint Jacques et les étoiles qui y mènent : ainsi Charlemagne aurait vu apparaître en rêve l’apôtre saint Jacques et le chemin menant à son tombeau, tracé par les étoiles.

Bedeutung Jakobsmuschel

La coquille Saint-Jacques : l’attribut de l’apôtre

Depuis le Moyen Âge, la coquille Saint-Jacques est l’attribut principal de l’apôtre saint Jacques. Signe distinctif du messager de la foi, elle devint par la suite celui des pèlerins de saint Jacques. « Pecten Maximus » est le nom de ce mollusque plat de la côte atlantique européenne, que l’on retrouve représenté sous forme d’une coquille Saint-Jacques dans les illustrations de ces pèlerins. Dès le XIIème siècle, les pèlerins rapportent la coquille à leur domicile. Dans les représentations médiévales de saint Jacques, elle constitue également l’attribut symbolique principal.

Ainsi, les fines reproductions fines en miniature de coquille Saint-Jacques, en gemme fossile issue du bois, en jais par exemple, étaient rassemblées sur des fils, avant d’être emportées lors du pèlerinage ou rapportées de ce dernier, en guise d’objet de piété. Des perles de jais semblables, décorées de coquilles Saint-Jacques, furent retrouvées dans une sépulture médiévale de l’église collégiale de Sarrebruck. L’équipement du pèlerin médiéval se composait, entre autres, d’un manteau imperméable, appelé pèlerine, d’un chapeau à large bord, d’un bourdon de pèlerin et d’une gourde. La coquille Saint-Jacques pouvait également servir à récupérer de l’eau potable.

Spiritualität

Spiritualité – les voies de la connaissance et de l’initiation

Depuis toujours, le pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle est assimilé à un voyage initiatique, à la découverte de la nature et du monde spirituel. Parcourir les chemins européens des pèlerins de saint Jacques fait partie, aujourd’hui encore, des expériences transfrontalières et fédératrices en Europe. Ainsi, les chemins des pèlerins de saint Jacques sont associés aux racines spirituelles de l’Europe. Chaque année, environ 800 000 personnes partent d’Allemagne pour emprunter ces chemins, en direction de Saint-Jacques de Compostelle.